Vous recherchez une SOLUTION D'HÉBERGEMENT POUR UN SENIOR, nous vous rappelons :

* Champs requis

Retraite Seniors

Maison de retraite Bientraitance en maison de retraite, des progrès notables !

bientraitance-ehpad

Après avoir vu le jour dans les années quatre-vingt-dix, dans le cadre de l’accueil des jeunes enfants, le concept de bientraitance est désormais couramment associé à l’univers des maisons de retraite. D’année en année, des progrès sont réalisés en la matière, humanisant l’accueil des seniors. A la clé, une meilleure réputation pour les établissements séniors et davantage de confort pour les résidents.

Qu’est-ce que la bientraitance ?

L’ANESM (Agence nationale d’évaluation sociale et médico-sociale) définit la bientraitance de la manière suivante : « Une manière d’être, d’agir et de dire, soucieuse de l’autre, réactive à ses besoins et à ses demandes, respectueuse de ses choix et de ses refus ».

Il s’agit d’être attentif à la personne et à son histoire, de respecter sa singularité et ses choix propres, de préserver sa dignité, de valoriser son expression et d’en tenir compte… toutes choses qui ne sont pas toujours allées de soi dans les maisons de retraite anciennes.

Fort heureusement, des progrès notables ne cessent de s’accomplir et la bientraitance en EHPAD (établissements d’hébergement de personnes âgées dépendantes) est aujourd’hui une préoccupation majeure, au niveau des établissements comme au niveau national.

Circulaire du 23 juillet 2010 : un manifeste en faveur de la bientraitance

 

Emanant du ministère du travail, de la solidarité et de la fonction publique et du ministère de la santé et des sports, une circulaire du 23 juillet 2010* a marqué une date importante dans le développement de la bientraitance dans les EHPAD.

Les dispositifs mis en place visent d’une part à améliorer la détection et le suivi des situations de maltraitance ; d’autre part à mettre en place une véritable politique de promotion de la bientraitance.

Ce deuxième volet préconise en particulier :

  • Le développement des formations du personnel à la bientraitance.
  • L’extension à tous les EHPAD  des « conseils de la vie sociale », comprenant deux représentants des résidents et un représentant des familles.
  • Le recueil systématique, dans un registre dédié, des dysfonctionnements constatés par les résidents, leurs familles ou le personnel.
  • l’évaluation régulière des pratiques concourant au développement de la bientraitance dans les EHPAD.

La bientraitance : une manière d’être et un engagement actif

 

La bientraitance est une démarche globale dans la prise en charge des résidents ; elle passe en premier lieu par une manière d’être des professionnels, sensibilisés à l’écoute des résidents et au respect de leurs droits et libertés dans tous les actes effectués.

Concrètement, on cherche à recueillir la volonté des personnes résidant en maison de retraite et à en tenir compte le plus possible, en particulier en recherchant le consentement de la personne à l’entrée en résidence et en favorisant sa participation active, ou celle de ses proches, à tous les niveaux : organisation des rythmes de la journée, projets de soins et projet de vie.

Par la suite, on cherche à favoriser l’autonomie du résident dans les actes quotidiens, sa liberté d’aller et de venir et son implication dans la vie de l’institution.

La bientraitance : des approches spécifiques

 

Un nombre croissant de maisons de retraite forment leur personnel à des approches « bientraitantes » spécifiques, dérivées de la philosophie de l’Humanitude® de Gineste et Marescotti, ou encore de la méthode Montessori.

L’Humanitude se fonde sur une relation authentique entre soignant et soigné, respectant la sensibilité entière de chacun et nourrissant le désir de vivre du soigné. Il s’agit de restaurer le résident dans sa dignité, de stimuler son élan vital à travers le regard, la parole, le toucher et la verticalité : un regard véritable et attentif est privilégié, par opposition à un « balayage » mécanique des yeux ; le soignant annonce et explique chaque geste effectué, tout en interrogeant le soigné quant à ses souhaits, par exemple, pour la toilette ; chaque geste devient également l’occasion d un « toucher de tendresse », qui dispense de l’affection ; par ailleurs la verticalité est favorisée le plus possible : toilette debout, déplacements à pied – aidés au besoin – plutôt qu’en fauteuil…

La méthode Montessori appliquée en EHPAD consiste en priorité à considérer la personne dite dépendante comme un être humain à part entière, jouissant de ses droits fondamentaux. A un niveau pratique, on se focalise sur ce que la personne est encore capable de faire, puis on s’appuie sur ces capacités restantes et on donne au résident les moyens de « faire seul » le plus possible (toilette, habillage, repas…). L’image de soi s’en trouve restaurée, tandis que la personne hébergée a l’occasion concrète d’exercer librement ses choix au quotidien.

Dernière enquête de l’ANESM : des résultats encourageants

 

L’ANESM a récemment publié les résultats d’une enquête réalisée pour la troisième fois, relative à la mise en œuvre de la bientraitance en EHPAD.

Ces résultats montrent globalement une amélioration importante des pratiques concourant à la qualité de vie et à la bientraitance des personnes hébergées en EHPAD et une meilleure prise en compte de la parole des résidents et futurs résidents, en particulier avant et au moment de l’entrée en établissement, période déterminante pour la suite du séjour. Le consentement des futurs résidents est désormais sollicité dans près des trois quarts des entrées en maison de retraite. Les attentes des entrants et celles de leurs proches sont recueillies à cette occasion plus de 8 fois sur 10. On note également une personnalisation croissante de l’accueil : petite attention de bienvenue, aide et accompagnement en vue d’une meilleure intégration et possibilité plus fréquente d’aménager sa chambre selon ses goûts.

Sur des points plus spécifiques, on note des progrès importants concernant la prévention des troubles psychiques, de l’humeur et/ou cognitifs, ainsi que l’accompagnement de la fin de vie, avec un personnel mieux formé à cet égard et le recours à des équipes mobiles de soins palliatifs.

Au total, l’enquête met en évidence le rôle déterminant des recommandations de l’ANESM sur les pratiques des professionnels en EHPAD, avec des conséquences positives très directes sur la qualité de vie des résidents. Par ailleurs, un nombre croissant de maisons de retraite demandent à leur personnel de s’engager par rapport au bien-être et à l’autonomie des personnes accompagnées en signant une charte de bientraitance.

* Circulaire DGCS/2A n° 2010-254 du 23 juillet 2010 relative au renforcement de la lutte contre la maltraitance des personnes âgées et des personnes handicapées et au développement de la bientraitance dans les établissements et services médico-sociaux relevant de la compétence de l’ARS

Vous recherchez une solution d'hébergement
ou de prise en charge pour un senior

Nos conseillers à votre écoute !

Retraite Seniors trouve pour vous la formule adaptée,
Maisons de retraite, Résidences services seniors, Accueil de jour.